Le goût à la française Rhône-Alpes

Tefal, une poêle haute-savoyarde au sommet de l’innovation

La poêle Tefal, vous l’avez certainement déjà utilisée, surtout si, comme moi, vous aimez les cuissons sans ajout d’huile ou de beurre et si vous avez un faible pour les ustensiles qui n’attachent pas et se nettoient facilement. Nous sommes d’ailleurs loin d’être les seuls car elle est considérée comme l’article culinaire le plus célèbre au monde. Une notoriété qui s’exprime jusque dans les jeux de société car Tefal fait partie des quelques marques françaises, comme Caddie et Opinel, dont le nom devenu commun est valable au scrabble. Pour Des chiffres et des lettres, je n’ai pas vérifié !

Comment expliquer ce succès phénoménal ? Tout part en 1956 de l’invention par un ingénieur français, Marc Grégoire, d’un revêtement « qui n’attache pas ». Pour cela, il réussit à fixer sur une surface en aluminium le téflon, un matériau chimique découvert par la firme américaine Dupont de Nemours, « qui ne colle à rien ». La première poêle antiadhésive, qui révolutionnait la manière de cuisiner en réduisant au minimum le besoin de matière grasse pour cuire les aliments, était fabriquée. La société Tefal, nom contracté de téflon et d’aluminium, était créée et l’usine, d’abord francilienne, s’installait en 1961 à Rumilly en Haute Savoie à proximité d’un site de production d’aluminium.

Mais cette géniale invention n’explique pas tout car depuis 60 ans, la vie de la société Tefal n’a rien « d’un long fleuve tranquille ». L’entreprise, dont les 1600 salariés produisent annuellement à Rumilly plus de 50 millions de poêles et de casseroles vendues dans le monde entier – un chiffre d’affaires de 360 millions d’euros en 2014 – doit constamment innover pour s’imposer face à la concurrence. Il faut, selon ses dirigeants «  rendre l’innovation visible par le consommateur pour combattre la déferlante de produits de premier prix sans marque ».

Les chercheurs de Tefal font ainsi évoluer régulièrement les produits – fabrication d’autres articles comme les sauteuses, les gaufriers, les pierrades – et surtout les revêtements, avec, ces dernières années, la réalisation d’un revêtement céramique antiadhésif et la mise au point du Thermo-Spot, une pastille rouge  située au fond de la poêle qui permet de savoir quand la bonne température est atteinte. Quel parcours depuis la première poêle Tefal, à usage réservé à Colette Grégoire l’épouse de Marc et désormais exposée au musée Dupont de Nemours à Wilmington dans le Delaware aux Etats-Unis !

Eh oui, au cœur de cette superbe région de Haute-Savoie, fière de ses sommets alpins, la poêle Tefal représente un autre sommet, en innovation culinaire et au profit d’une cuisine saine qui respecte les produits.

À lire aussi

pas de commentaires

Laisser un commentaire