Artisans d'art Bretagne Décoration

L’incroyable histoire des Verreries de Bréhat, dont les créations sont exportées dans le monde entier

Savez-vous que les boules décoratives en verre produites depuis une quinzaine d’années sur la petite île de Bréhat au large de Paimpol n’ont rien à envier à celles fabriquées, selon une tradition multiséculaire, par les meilleurs maîtres-verriers de l’île de Murano sur la lagune de Venise ?

Une histoire incroyable car la Bretagne n’est pas une région à tradition verrière et car rien ne prédisposait Yves Neumager, ancien kiné et directeur de discothèque, à fonder en 1998 les Verreries de Bréhat et à leur donner une notoriété internationale.

Rien, sauf la décision en 1996 de « tout plaquer » pour s’installer sur cette magnifique île bretonne – il aménage la vieille Citadelle – et y créer une activité, qui soit « neuve » en Bretagne, qui fabrique de belles choses et qui respecte les strictes règles insulaires (pas de pollution, pas de bruit, pas de gaz).

Il ne suffit cependant pas de s’entourer d’artisans verriers de talent et de disposer des équipements et matériaux les plus performants pour « percer » dans l’univers du verre et les débuts des Verreries de Bréhat furent difficiles. La persévérance finit par payer lorsqu’en 2002 des clients demandent des boules d’escalier. Le succès est immédiat et l’atelier se lance à fond dans la «quincaillerie décorative de luxe» avec, outre les fameuses boules, des poignées de portes, des luminaires et même des lustres.

Des créations somptueuses, aux décors très élaborés ou fort épurés selon les gammes Séduction ou Prestige, conçues en collaboration avec de grands décorateurs d’intérieur. Ce travail exceptionnel, une douzaine d’artisans verriers le réalisent « en direct » dans un atelier ouvert à la visite au sein de la vieille citadelle – 35 000 personnes par an, dont 20 000 l’été.

Le pari est gagné. Le savoir-faire rare des Verreries de Bréhat, labellisées Entreprise du Patrimoine vivant, est reconnu internationalement. Un chiffre d’affaires de l’ordre du million d’euros, dont 28% à l’étranger. Des créations qui ornent les boutiques et hôtels les plus luxueux des cinq continents.

Bravo à cet entrepreneur breton, grâce à qui les connaisseurs du monde entier parlent désormais de Bréhat pour la verrerie décorative au même titre que de Limoges pour la porcelaine et de Quimper pour la faïence.

À lire aussi

1 commentaire

  • Répondre L’incroyable histoire des Verreries de Br... 21 juillet 2015 at 16:39

    […] Savez-vous que les boules décoratives en verre produites depuis une quinzaine d’années sur la petite île de Bréhat au large de Paimpol n’ont rien à envier à celles fabriquées, selon une tradition multiséculaire, par les meilleurs maîtres-verriers de l’île de Murano sur la lagune de Venise ? Une histoire incroyable car la Bretagne n’est pas une région à tradition verrière et car rien ne prédisposait Yves Neumager, ancien kiné et directeur de discothèque, à fonder en 1998 les Verreries de Bréhat e  […]

  • Laisser un commentaire