Alsace Mode

Les chaussures Heschung en Alsace, ça marche depuis plus de 80 ans !

« Pour vivre heureux, vivons cachés », ce dicton pourrait s’appliquer aux Ateliers Heschung, qui, nichés à Steinbourg, un village au nord-ouest de l’Alsace, fabriquent en toute discrétion des chaussures en cuir haut de gamme vendues sous leur propre marque dans le monde entier, de la businesswoman moscovite au trader new-yorkais. Et je ne suis pas peu fière d’avoir eu l’occasion de mettre en avant le travail des artisans de cette entreprise familiale durant la préparation d’une nouvelle collection. Une équipe d’artisans chaussiers, ayant une moyenne de 35 années de métier !

Une telle expérience n’est pas de trop lorsqu’on découvre la complexité de l’ajustage à la main de la bande de cuir au contour du modèle avec l’aide d’un fil de lin imbibé de poix et chauffé. Une technique de cousu main, le cousu norvégien, qui permet de réaliser des coutures résistant à toutes épreuves et de rendre les chaussures encore plus robustes et imperméables.

Ce procédé a fait la réputation de la manufacture dès sa création en 1934 par Eugène Heschung, d’abord pour les brodequins des « schlitteurs », ces bûcherons vosgiens qui utilisaient des luges (schlittes) pour descendre les grumes, puis pour les chaussures de ski. Les modèles de compétition Heschung ont équipé les équipes de France, des JO de Grenoble en 1968 à ceux de Sapporo en 1972, puis le plastique a remplacé le cuir …

Le credo de la marque Heschung ne se résume évidemment pas à la qualité des coutures et à celle des cuirs employés. Il s’exprime également dans la sobriété et la modernité des lignes, donnant aux chaussures un style intemporel. Pour Pierre Heschung, petit-fils du fondateur et actuel Président de la société, et son équipe d’artisans, « un produit est parfait, non pas parce qu’on lui a ajouté quelque chose de joli mais parce qu’on ne peut rien lui enlever qui ne soit essentiel ».

Et le succès est éclatant puisque, dans le secteur fortement concurrentiel du haut de gamme, les Ateliers Heschung, labellisés Entreprise du Patrimoine Vivant, sont devenus l’un des plus grands chausseurs français en produisant environ 65 000 paires de souliers et bottes par an (pour un chiffre d’affaires dépassant 10 millions d’euros) disponibles sur 250 points de vente à travers le monde. Quelle belle vitrine du Made in Alsace !

À lire aussi

2 commentaires

  • Répondre PARLAK DAVID 10 décembre 2015 at 14:12

    Les présentations de Nathalie Schraen-Guirma à travers nos régions de notre pays sont remarquable, elle représente très bien le « made in France. » Bravo !

    DAVID PARLAK

    • Répondre nathalie 17 décembre 2015 at 01:00

      Merci David pour ce gentil mot! bonne soirée

    Laisser un commentaire