Décoration les Hauts-de-France

La Manufacture Catry à l’Académie française !

Savez-vous d’où viennent les moquettes qui ornent les plus beaux Palais de la République ou les hôtels les plus luxueux? Je parle de l’Académie française, de l’Elysée, de l’Assemblée Nationale ou encore du Crillon. Eh bien du Nord de la France, de la manufacture Catry, créée en 1912 dont les créations « haute couture », sont réputées notamment pour leur moelleux!

Quelle belle image de la tradition textile du Nord est ainsi donnée par cette entreprise familiale de 28 salariés installée à Roncq près de Tourcoing ! De plus, Catry figure parmi la quinzaine de sociétés ayant reçu le nouveau label Nord textile destiné à valoriser un secteur qui a beaucoup souffert du développement des tissus synthétiques et de la concurrence étrangère. Les filatures et tissages de « Lille-Roubaix-Tourcoing » comptaient plus de 100 000 employés jusqu’aux années 1960 contre une dizaine de milliers actuellement.

La prospérité de la Maison – un chiffre d’affaires de plus de 2 millions d’euros dont 15% à l’export- repose d’abord sur la qualité du travail et de la finition réalisés par un personnel hautement qualifié, qui maîtrise parfaitement la fort complexe technique Wilton de tissage de la laine. Un procédé développé en Flandres à partir du 18ème siècle, qui permet d’allier la beauté du dessin à la douceur et à la résistance du support.

Pour ces tâches d’une extrême minutie – compter jusqu’à 248 bobines de fil par couleur- les tisserands travaillent sur des équipements datant pour certains de la création des ateliers : métiers à tisser en fonte, navettes en bois, cartes perforées pour guider les fils. Après la confection du tapis, se déroule la « mise en beauté » où les dernières impuretés sont enlevées à la main et où la moquette prend tout son gonflant.

Le « plus » des moquettes Made in Roncq, c’est aussi la priorité donnée au  sur-mesure comme le souligne Caroline Catry, l’arrière-petite fille du fondateur Alphonse Catry, qui dirige l’entreprise depuis 2009. Pour cette jeune et dynamique dirigeante, l’objectif n’est pas de créer des collections que l’on propose à la clientèle mais de répondre aux désirs particuliers de chaque client.

L’entreprise produit ainsi des moquettes de petite largeur, 70 cm seulement, qui permettent une pose plus soignée que les tapis de 4 mètres par 5 fabriqués par les unités industrielles. Pour les couleurs et les motifs, le client peut « puiser » dans un fonds d’archives de 15 000 « cartons », qui contient de véritables merveilles comme ceux de Madeleine Castaing, célèbre décoratrice du milieu du siècle dernier. Mais Catry mise aussi sur l’innovation pour répondre aux demandes spécifiques des clients, notamment de grands architectes d’intérieur français et asiatiques avec lesquels la Maison collabore régulièrement.

Dommage qu’il n’existe pas d’Académie pour les entreprises représentant l’excellence du Made in France. Nul doute que la Manufacture Catry, cette belle Maison d’ores et déjà labellisée Entreprise du Patrimoine Vivant qui érige la moquette en œuvre d’art, y serait entrée au titre du textile pour la région du Nord.

 

À lire aussi

pas de commentaires

Laisser un commentaire