Provence-Alpes-Côte d'Azur Sciences & technologies

Eccity, la start-up grassoise dont les scooters électriques font de plus en plus de bruit !

Non, il se s’agit pas d’un canular, ni de mettre en doute le caractère silencieux de ces motocycles Made in Grasse mais simplement de constater leur succès de plus en plus retentissant ! Figurez-vous qu’après avoir équipé la Ville d’Aix-en-Provence, la start-up Eccity a été choisie par la Ville de Paris pour remplacer son parc de deux-roues. 400 scooters de son dernier modèle l’Artelec 670 à livrer sur 4 ans et la notoriété d’équiper les services de la Capitale !

Comment une start-up a-t-elle pu produire un scooter électrique capable de s’imposer dans ce secteur de plus en plus concurrentiel, marqué par la présence de grandes marques comme Peugeot, BMW et Matra ? C’était le défi lancé par Christophe Cornillon, un ingénieur passionné de moto, en créant Eccity en 2011. L’objectif était de « proposer un scooter efficace comme le thermique et accessible en répondant aux exigences de comportement routier et de maintenance sur le marché européen ».

Le projet n’était pas de fabriquer entièrement la « machine » mais de la concevoir, de travailler avec des partenaires industriels pour la réalisation des pièces – le châssis en Grèce, les batteries en Allemagne et les parties mécaniques dans la région niçoise- et de faire l’assemblage à Grasse, en apportant une valeur-ajoutée d’innovation « pour faire la différence ». Un programme réalisé par 5 ingénieurs et techniciens férus en technologie avec un soutien financier de l’Etat et de la Région.

Quatre ans plus tard, le pari est gagné avec l’Artelec 670. Un scooter aux performances inégalées pour ce type de motocycle  – une puissance comparable à celle d’un engin à essence 125 cm3, une vitesse de pointe de 100 km/h, une autonomie de 100 km après 8 heures de charge sur une simple prise de 220 volts – grâce à la mise au point par Eccity d’un système innovant d’optimisation de la température interne des batteries lithium-ion placées dans le carénage, que la start-up a breveté.

A ces caractéristiques techniques s’ajoutent l’élégance du design, la qualité du comportement routier et de la maintenance, un prix accessible, de l’ordre de 8000 euros, ainsi que les deux avantages propres à la propulsion électrique : son caractère silencieux et l’absence de pollution. On comprend ainsi le succès d’Eccity auprès de passionnés des deux-roues pour une conduite urbaine agréable et respectueuse de l’environnement comme de professionnels du public et du privé pour des services comme les livraisons à domicile. La start-up vise une production de 300 scooters en 2016 contre 50 en 2015 !

Souhaitons à cette jeune entreprise innovante de la Cité des Parfums, qui parie sur les véhicules électriques, de continuer à faire du bruit dans ce secteur en pleine évolution, en remportant d’autres grands appels d’offres urbains en France et en Europe, pour le plus grand bien du Made in France et de notre Planète.

À lire aussi

pas de commentaires

Laisser un commentaire