Categorie

Languedoc-Roussillon

Languedoc-Roussillon Sciences & technologies

Chez PGO, on construit des voitures de sport qui font « craquer » les femmes

Eh oui, même pour le choix de la voiture, les temps changent ! Les femmes sont de plus en plus décisionnaires. Il y a 10 ans, l’homme choisissait à 95%, aujourd’hui c’est à 75% !

Et chez PGO, le seul constructeur français de voitures de petite série, on profite pleinement de cette dynamique car ses modèles, de véritables petits bijoux fabriqués de façon artisanale, rencontrent un succès fou chez les dames.

D’après le directeur général de la marque, Guy Meniscus, c’est le charme du rétro qui plait tant aux femmes! Les lignes tout en courbe, les phares ronds ainsi que les finitions parfaites, en particulier pour le cuir avec une couture en œillets assurée par un artisan–sellier de la région. Bref, toute l’excellence du savoir-faire français !

Mais les trois modèles, Cévennes, Hemera et Speedster II, ne sont pas pour autant des « veaux ». Ils disposent d’un moteur de 184 chevaux, leur permettant d’atteindre 100 km/h en moins de 6 secondes !

Un autre point fort est la personnalisation, c’est d’ailleurs la devise de la marque « Pourquoi rester classique quand on peut être unique ». Les clients peuvent être reçus directement dans les ateliers à Alès dans le Gard, où PGO Automobiles a été créé en 1985 par les frères Olivier et Gilles Prévost. C’est l’occasion pour eux d’assister pendant une journée aux différentes phases de fabrication et de finaliser leur commande car, pour chaque véhicule, la carrosserie et l’habitacle sont personnalisables à l’extrême. Une soixantaine d’employés réalisent ainsi chaque année entre 50 et 80 voitures, toutes des produits haute-couture, sur-mesure et assemblés à la main.

Il ne s’agit cependant pas pour PGO de se contenter de trouver un équilibre entre « luxe discret et émotions authentiques». Il faut également « prendre le train » du développement durable. C’est tout le sens de la collaboration avec l’Ecole des Mines d’Alès pour concevoir un véhicule électrique.

Longue vie à cet artisan de la construction automobile française, que ses modèles fassent « craquer » de plus en plus de clients en France mais également d’Iran, de Russie et de Chine où l’entreprise exporte désormais 40% de sa production.

 

Languedoc-Roussillon Sciences & technologies

Les drones Sydair, des amis qui peuvent vous sauver la vie

Les drones, ces appareils volants télécommandés, ont de plus en plus la cote auprès du grand public –les drones jouets ont battu tous les records de vente au dernier Noël – comme des professionnels avec des engins dotés de caméras et pouvant transporter des charges. Mais leur utilisation est « mise à toutes les sauces » dans les médias, qui créent souvent le buzz autour d’actions illicites : survols de zones interdites, tentatives de passage de drogue à l’intérieur de prisons.

Eh bien ! moi, je vais vous faire découvrir à Bagnols sur Cèze non loin de Nîmes la société Sydair, référencée par l’Aviation Civile en tant que constructeur aéronautique, dont le défi est de fabriquer des drones pouvant aider à sauver des vies.

Une toute jeune entreprise crée en 2013 par Sylvain Gréboval, pilote avion et Ulm et télépilote de drone qui a joint sa passion de l’aviation avec son expérience de dirigeant de société, puis rejoint par Damien Blairon, technicien composite avec une expérience de plusieurs années à Eurocopter et instructeur de pilotage de drone.

Dans ce secteur en pleine croissance, la grande force de Sydair par rapport à la concurrence est de proposer des appareils sur-mesure, en s’adaptant à n’importe quel cahier des charges, monocoques, c’est-à-dire entièrement moulés et donc sans vis, et avec un fuselage aérodynamique complétement étanche et donc sans aucun fil qui dépasse. Les drones Sydair sont ainsi insubmersibles et peuvent être utilisés sans se dégrader dans les conditions météorologiques les plus dures (vent, humidité, températures entre – 50°C et + 50°C ). De plus, Sydair s’investit dans la formation des télépilotes, pour laquelle la société est désormais centre agréé au niveau de la Région

Et sur la priorité de s’engager toujours plus en faveur de la sécurité publique, Sydair ne manque pas d’ambitions : l’entreprise projette de porter de 15 à 200 kg la capacité des drones à soulever du matériel médical et de développer un appareil avec mesure thermique infrarouge pour la recherche de corps ensevelis. Quel gain de temps (et de coût) en perspective pour apporter des secours en montagne ou en mer lorsque l’hélicoptère et l’avion sont bloqués par des contraintes techniques !

Sydair est ainsi devenue en moins de trois ans une parfaite illustration de la capacité de nos ingénieurs et techniciens à créer de petites entreprises innovantes de haute technologie dans des secteurs de pointe comme celui des prestations aériennes.

Languedoc-Roussillon Sciences & technologies

Earsonics, l’entreprise héraultaise qui pense à nos oreilles!

Chers citadins, chers amateurs de musiques, chers musiciens, chers passionnés de films américains qui frôlent l’overdose en bruitages, chers professeurs, chers motards, chers dentistes… finalement nous sommes très nombreux à être confrontés aux nuisances sonores, diurnes ou nocturnes. Rendez-vous compte qu’en France, une personne sur quatre est touchée par des acouphènes, ces bourdonnements et sifflements dans la tête et dans l’oreille, sans compter les autres troubles de l’audition que sont l’hyperacousie, la surdité…. Autant vous dire qu’il faut prendre soin de son audition!

Et bien justement, à Montpellier, l’entreprise Earsonics, qui conçoit des oreillettes de protection auditive, les EarPad, pour les vedettes de la chanson comme Pascal Obispo, Johnny Halliday ou encore le groupe Indochine, a développé pour le grand public une protection acoustique dotée des mêmes technologies et accessible (une vingtaine d’euros).

Ces appareils vont, contrairement à des bouchons, filtrer les décibels tout en gardant la qualité du son. Le spectre des basses aux aigües est préservé. Chers professeurs, vous pourrez ainsi protéger vos oreilles tout en restant disponibles pour ces chers bambins !

Tout est parti en 2006 d’un prototype inventé par un jeune ingénieur du son Frank Lopez, qui, musicien par passion, n’était pas satisfait des oreillettes alors sur le marché. Un nouvel appareil utilisant les technologies hi-fi et audio les plus modernes, qui permet de restituer la musique avec le meilleur rendu. Le succès est immédiat et, en 2008, Frank crée Earsonics. La gamme des Earpad est née et l’entreprise devient rapidement leader français en fournissant les principales sociétés de production.

Un grand pas dans cette ville de Montpellier, emblématique de la recherche médicale, pour la diminution de toutes ces maladies liées aux problèmes acoustiques. En France et à l’étranger car Earsonics réalise 20% de son chiffre d’affaires aux Etats-Unis et en Asie.

Peut-être qu’un jour les Earpad seront aussi mondialement connus que les Ipad ! C’est tout le mal que je souhaite à cette jeune société, exemple de réussite du Made in France pour l’innovation technologique.