Categorie

Décoration

Artisans d'art Décoration Poitou-Charentes

Le fabuleux destin de Sylvie Deschamps, brodeuse d’or à Rochefort

Commençons, une fois n’est pas coutume, par un quiz. En quelle année a été nommée la première préfète? 1981. Quel est leur nombre en 2015? Une cinquantaine. Quelle est leur coiffure de cérémonie ? Un tricorne orné de broderies d’or. Qui réalise ces broderies? L’Atelier du Bégonia d’Or de Sylvie Deschamps à Rochefort en Charente Maritime.

Un savoir-faire devenu fort rare, qui perpétue une technique ancestrale venue d’Orient vers le 9ème siècle. Sylvie m’a fait découvrir sa beauté mais aussi sa complexité car le fil d’or, la cannetille, n’est pas un fil classique. Il est enroulé en spirale tel un ressort, que la brodeuse découpe en tronçons de quelques millimètres avant de les enfiler comme des perles. Elle aura auparavant « imprimé » le patron du motif sur le tissu en marquant d’une fine poudre noire tous les trous à percer. Un travail « de fourmi » à la précision chirurgicale, où talent rime avec patience.

La passion de Sylvie pour la broderie d’or naît dès qu’elle découvre cette technique au lycée Jamain de Rochefort, ville où la tradition du fil d’or remonte à la création de l’arsenal par Louis XIV et Colbert. C’est un vrai coup de foudre et la suite s’apparente à un conte de fées. Après avoir complété sa formation pendant 6 ans dans une grande maison de passementerie à Lyon, Sylvie retourne à Rochefort pour fonder son atelier. Elle s’y forge une réputation d’excellence, qui lui vaut de recevoir en 2010, à moins de quarante ans, le titre de Maître d’Art décerné par le Ministère de la Culture.

Les activités de l’atelier ne se limitent évidemment pas aux broderies des couvre-chefs des plus hautes représentantes de l’Etat, ni d’ailleurs à celles d’autres tenues liturgiques et militaires. Le Bégonia d’Or est devenu fournisseur attitré de grands couturiers, designers et marques de luxe, ainsi qu’une référence pour la restauration d’art, comme celle, en cours lors de notre rencontre, d’un somptueux fauteuil de style Napoléon III.

Mais ce qui tient le plus à cœur à Sylvie est la transmission d’un savoir-faire, dont son atelier reste l’un des seuls dépositaires. Elle accueille ainsi les élèves stagiaires du lycée Jamain, unique lieu de formation en France pour la broderie d’or. Un juste retour des choses, me direz-vous mais pas seulement. Quelle chance pour le Made in France de disposer d’un artisan d’art aussi engagé dans la sauvegarde de nos filières d’exception et surtout quel fabuleux destin pour Sylvie Deschamps !

 

 

 

 

 

 

 

 

Aquitaine Artisans d'art Décoration

Chez Thierry Devrelle à Cognac, les coffrets deviennent des œuvres d’art!

Tous les ans, c’est le même casse-tête. Que vais-je offrir à maman pour la fête des mères ? Et à papa trois semaines plus tard ? Pour cette année, j’ai fait le choix de coffrets, l’un à bijoux, l’autre à cigares. Bon, c’est vrai, rien d’original en matière d’image des parents, cigares pour papa et bijoux pour maman, mais j’assume !

L’idée m’est venue en découvrant à Cognac les superbes coffrets en marqueterie que réalise Thierry Drevelle. J’ai été époustouflée par la qualité de son travail, alliant des savoir-faire rares de cintrage, de placage et de vernissage avec des techniques d’avant-garde. Un travail basé sur une double exigence : le respect des matières nobles, des essences rares venant des cinq continents, et la pertinence des lignes et des usages futurs de l’objet.

Ses coffrets deviennent ainsi de véritables œuvres d’art, tels le Douro, réalisé tout en courbes comme le fleuve du Portugal, le Fang en référence à une ethnie du Gabon, avec sa forme de défense en bois wengé, et un « petit nouveau », entièrement en résine avec un placage en ébène blanc du Laos.

Dans l’atelier familial, installé dans un ancien chai depuis 1949, chaque création ou restauration de coffret ou de meuble de présentation pour vins et spiritueux raconte l’histoire d’une rencontre avec un client passionné et se mesure en émotions. Ainsi la rénovation d’un coffre gothique du 15ème pour le Patrimoine National et la réalisation d’une « cave » à cigares pour un champion automobile. Une clientèle prestigieuse de particuliers, d’institutions et de grandes marques comme Hennessy, Dom Perignon ou Lanvin, et surtout le grand honneur pour Thierry Drevelle de figurer parmi les 300 artisans du monde entier et de toutes spécialités conviés au salon Révélations des Métiers d’Art et de la Création, qui s’est tenu au Grand Palais à Paris en septembre 2013.

Je n’ai évidemment pas commandé mes coffrets aux Ateliers Drevelle, ne faisant toujours pas partie du Patrimoine National, ni du gotha de l’automobile ou du luxe. Mais je vous l’affirme, haut et fort : « A Cognac, au cœur du vignoble charentais, l’excellence à la française ne se limite pas à la célèbre eau-de-vie».

 

Bourgogne-Franche-Comté Décoration

TOLIX, la chaise du Morvan, icône du design industriel !

Si vous aimez les décorations vintage, l’esthétique industrielle, les couleurs vives ou pastel, vous serez sans aucun doute séduit par les chaises de l’entreprise TOLIX et son emblématique Modèle A.

Rendez-vous compte que cette chaise, fabriquée depuis 1934 à Autun aux portes du Morvan, fait partie des collections du MOMA, le Musée d’Art Contemporain de New York , et qu’elle est exposée au Centre Pompidou. Le Modèle A est devenu une icône du design industriel !

L’histoire commence en 1930 avec Xavier Pauchard, artisan chaudronnier. Pionnier de la galvanisation, il se lance dans le mobilier et la chaise A sera parmi ses premières créations. Solide, légère, inoxydable, facile à entretenir et à empiler, son succès est immédiat. Elle équipe les terrasses de café, les jardins publics, les salles des fêtes, les casernes, les hôpitaux et même le paquebot Normandie ! Dès les années 80, c’est au tour des architectes d’intérieur et des designers, dont le célèbre Terence Coran, de tomber sous le charme.

Une histoire qui aurait pu se terminer en 2004 car, face à la concurrence des contrefaçons asiatiques, la société familiale périclite. Mais la directrice financière Chantal ANDRIOT, entrée chez Tolix en 1973, se refuse à la voir disparaître et la rachète avec une poignée de salariés.

Depuis, Chantal a su redonner du souffle à l’entreprise en pariant sur l’innovation et la qualité : de la couleur sur un mobilier jusqu’alors uniquement en noir et blanc, de nouveaux modèles, des machines ultra-performantes pour emboutir l’inox. Une façon de se positionner sur le haut de gamme par rapport à une concurrence privilégiant l’aluminium moins cher mais moins résistant. Et les commandes ont redémarré en flèche, assurant vitalité et optimisme à la petite entreprise autunoise. Aujourd’hui, la moitié du chiffre d’affaires est réalisée à l’export, notamment aux Etats-Unis et en Chine !

TOLIX viendrait-elle du même village qu’Astérix, Obélix ou Panoramix ? Une chose est sûre, tels nos irréductibles gaulois, TOLIX résiste encore et toujours…

Artisans d'art Décoration Midi-Pyrénées

Craman Lagarde, une ébénisterie occitane qui meuble les plus beaux palais du monde

Connaissez-vous l’ébène de Macassar, le palissandre de Santos ou la loupe d’Amboine ? Des noms, qui font rêver, de régions d’Asie et d’Amérique d’où proviennent les bois précieux utilisés par Jean-Paul Craman dans l’ébénisterie familiale de Revel en région toulousaine.

Il ne suffit évidemment pas de se procurer des matériaux d’exception pour fabriquer des meubles d’exception. Jean-Paul et son épouse, représentant la cinquième génération d’ébénistes de la famille Craman, sont entourés de toute une équipe de compagnons fidèles et hautement qualifiés, ébénistes, marqueteurs, doreurs, sculpteurs, bronziers et ciseleurs, qui appliquent de manière scrupuleuse des savoir-faire traditionnels. Et pour quel résultat ? Les pièces qui sortent de l’atelier sont d’une beauté à couper le souffle !

Mais comment cette petite entreprise régionale s’est-elle fait connaître au Moyen Orient? Par le hasard d’une rencontre, dans les années 90, de Jean-Paul Craman avec le décorateur d’une famille royale, qui commande une table d’apparat pour les réceptions princières. C’est le déclic pour une cascade de demandes d’autres clients prestigieux, du Moyen Orient mais pas seulement. Craman Lagarde exporte aujourd’hui 80% de sa production dans le monde entier.

160 à 200 pièces uniques par an, des reproductions de mobiliers originaux des 18ème et 19ème ou de style Art Déco et de plus en plus de créations contemporaines réalisées en association avec des designers de renom. Parmi elles, un superbe banc VENICE d’inspiration hawaïenne dessiné par Jean-Marc Gady, qui a été exposé au Musée des Arts Décoratifs de Paris.

Craman-Lagarde s’affirme à travers le monde comme une grande signature du meuble du luxe à la française. Quel incroyable destin pour cet atelier familial fondé à Revel en 1947 !

 

 

 

Aquitaine Art de la table Décoration

Artiga, la toile basque aux couleurs chatoyantes

Dès qu’il y a un rayon de soleil, j’envie toujours ceux qui ont un jardin, une terrasse ou un balcon. Bref, je jalouse (un peu) ces chanceux qui vont pouvoir déguster un bon petit-déjeuner à « l’ami Ricoré » sur une nappe aux couleurs chatoyantes, tout en faisant le plein de vitamines D ! Mais comme je ne suis absolument pas rancunière, j’ai un plan pour ceux qui aiment les  belles et robustes toiles aux teintes acidulées. Lire la suite

Artisans d'art Décoration Provence-Alpes-Côte d'Azur

Comment donner du relief à son appartement…

« Le printemps est arrivé ». Le moment de faire un lifting à ……. mon appartement ! Mais « lifting » ne fait pas très Made in France, disons alors « rénovation ». Je pourrais par exemple installer un plafonnier ou une corniche décorative en staff. Cela redevient tendance, paraît-il. Mon intérieur sera métamorphosé et mes amis vont être bluffés. Lire la suite