Categorie

Auvergne

Art de la table Auvergne Le goût à la française

Le bocal en verre est de plus en plus tendance. Surtout s’il est Le Parfait !

Le bocal en verre a la cote, comme contenant, mode de conservation, vide-poche, tupperware maison. Bref, il est devenu un incontournable dans nos foyers !

Je pense à ceux qui aiment préparer leurs terrines, leurs confitures, leurs légumes… et les conserver. Avec les conserves maison, vous êtes sûr du contenu de votre assiette, soit pas de conservateur, pas de colorant ou autre additif suspect, ce qui n’est pas négligeable. Et surtout vous retrouvez le bon goût des aliments!

Mais pour réaliser soi-même des conserves, il est important d’utiliser des bocaux de qualité sous peine de voir sa préparation gâchée. Et avant tout des bocaux en verre car ce matériau ne triche pas ! Il est sain (ne contient pas de composé chimique comme le Bisphénol A à la différence de certains plastiques alimentaires), lavable et ne garde pas les odeurs.
Justement, dans le village de Puy-Guillaume au cœur de l’Auvergne, on fabrique des bocaux en verre qui portent bien leur nom: Le Parfait! Une marque emblématique créée dans les années 1930 à Reims, dont la production est réalisée depuis 2007 dans une verrerie du Puy de Dôme.

L’usine est impressionnante, à la pointe de la modernité et du développement durable (les bocaux sont produits à 50% en verre recyclé). Le savoir-faire des 300 salariés y garde cependant toute sa place car la fabrication d’un bocal ne compte pas moins de 7 étapes. Certaines sont largement automatisées comme la production de la pâte, le découpage des gouttes versées dans les moules, le moulage, le marquage au laser pour une parfaite traçabilité et la recuisson pour retirer les tensions internes du verre. D’autres sont réalisées en grande partie manuellement comme l’assemblage des différentes parties du bocal, dont la fameuse rondelle en caoutchouc orange, et l’empaquetage.

Ainsi , grâce aux bocaux Le Parfait, chacun peut chez soi, en respectant un minimum de règles, perpétuer la tradition bien française des conserves alimentaires par stérilisation. Il s’agit en effet de l’invention d’un industriel champenois, Nicolas Appert. Ce dernier avait découvert à la fin du 18ème qu’en chauffant à 100°C pendant 2 heures un bocal hermétiquement fermé, on tuait les derniers germes vivants et qu’en le laissant refroidir naturellement, le dégazage permettait d’obtenir un conditionnement sous vide.

Voilà encore, avec les produits Le Parfait, un bel exemple d’une belle marque Made in France, qui fait partie de notre quotidien, de notre culture et qui a su séduire bien au-delà de nos frontières.

Auvergne Sciences & technologies

REXIAA, un groupe auvergnat à la pointe de l’innovation en aéronautique

Quand on parle d’industrie en Auvergne, on pense aussitôt à Clermont-Ferrand et à ses emblématiques usines Michelin. Mais la région n’abrite pas que la capitale mondiale du pneumatique, elle est aussi pôle d’excellence en aéronautique, le cinquième en France avec 98 entreprises et plus de 12 000 employés. Ce n’est d’ailleurs pas antinomique car les frères Michelin ont largement participé au développement de notre aviation en fabriquant près de 2000 appareils militaires durant la première guerre mondiale et en construisant en 1916 à Clermont la première piste cimentée au monde. De là est née une culture aéronautique en Auvergne.

Parmi cette centaine de sociétés régionales, se trouve le groupe REXIAA installé à Issoire non loin de Clermont. Une véritable success story familiale qui a démarré en 1986 avec la création par Philippe Moniot, ingénieur de formation, et son épouse d’une première entreprise développant des solutions composites hautes performances pour l’aviation et qui se concrétise trente ans plus tard par un conglomérat de 8 sociétés, chacune spécialisée dans un métier de l’aéronautique. REXIAA, toujours dirigé par la famille Moniot, parents et enfants, emploie actuellement près de 800 personnes pour un chiffre d’affaires annuel de 70 millions d’euros.

Trente ans d’innovation dans la production de petites séries complexes en composites, d’outillages et pièces hybrides ainsi que dans la conception et construction de prototypes, dont le premier avion au monde à structure carbone, l’APM20 Lionceau en 1999. REXIAA travaille ainsi pour les plus grands avionneurs comme Dassault, Safran et Airbus et pour des projets prestigieux tel le futur jet présidentiel.

Selon Philippe Moniot, effectuant lui-même les essais en vol de ses avions, la devise familiale est claire : « on ne vit pas de son capital, on vit de son travail ». De fait, les bénéfices ont toujours été réinvestis pour développer les entreprises du groupe et REXIAA « marche » tellement bien qu’elle recrute.

Eh Oui ! L’excellence de l’innovation technologique Made in Auvergne, on la trouve évidemment chez la célèbre marque au bibendum mais également dans de belles entreprises aéronautiques régionales comme le formidable groupe REXIAA de l’incroyable famille Moniot.