Categorie

Aquitaine

Aquitaine Bien-être

A Saint Sever dans les Landes, tout est bon dans le canard, et surtout les plumes pour les couettes Pyrenex

Il paraît qu’on passe près de la moitié de sa vie au lit, d’où l’importance d’investir dans une bonne literie! A ce sujet, je vous fais une proposition 100% Made in France.

La région de Saint Sever dans les Landes est connue pour être un bassin historique de l’élevage des oies et canards, et surtout pour sa production de foie gras, magrets, confits, gésiers et autres rillettes. Mais qu’en est-il des plumages des centaines de milliers de palmipèdes graisseux abattus chaque année ?

Eh bien, justement, à Saint Sever, le traitement des plumes, et en particulier des 10% les plus fines qui forment le duvet, est depuis plus de 150 ans l’apanage de la famille Crabos. Une success-story ayant débuté en 1859, d’Abel Crabos qui collectait les plumes dans les fermes à Edouard représentant de la cinquième génération, qui dirige depuis 2004 la manufacture Pyrenex d’articles de literie et de doudounes. L’entreprise de confection, au nom rappelant la proximité du massif pyrénéen, a été créée dans les années 60.

Chez Pyrenex, il s’agit d’abord de produire le « meilleur duvet du monde », d’où le soin particulier accordé au travail de la plume, de la collecte dans les meilleurs élevages aux opérations de triage, lavage, dépoussiérage, traitement, séchage et stérilisation réalisées à l’usine dans des installations ultra-modernes. Mais, dans les ateliers de confection, la priorité reste aux savoir-faire traditionnels, comme celui des piqueuses ayant parfois plus de 30 ans d’expérience et qui continuent de faire la répartition du duvet à la main, afin de juger au mieux du gonflant et du confort d’une couette.

Le succès de cette entreprise de 150 salariés est éclatant : un chiffre d’affaires de plus de 30 millions d’euros, dont une grande part sur les marchés particulièrement exigeants dans ce secteur, d’Europe, d’Amérique et du Japon. Il résulte évidemment des qualités exceptionnelles des produits,  tous haut de gamme : légèreté, thermorégulation naturelle, longévité, pas de risque d’allergie grâce aux plumes stérilisées, halte aux acariens grâce au tissage très serré des enveloppes coton. Une réussite qui s’appuie également sur la diversité des modèles et des garnitures

N’oublions cependant pas que Saint Sever est aussi « terre de rugby » et que René Crabos, l’un des créateurs de Pyrenex, a été également l’un des meilleurs rugbymen français dans les années 20. Aussi, souhaitons à cette belle entreprise familiale, ancrée dans le terroir des Landes et travaillant une matière première naturelle de la région, de continuer à « transformer l’essai » pour le bien-être de plus en plus de Français et d’étrangers, au cours de leur sommeil comme de leurs randonnées.

Aquitaine Le goût à la française

Avec les planchas Tonio, inutile d’attendre l’été pour s’offrir de bonnes grillades entre amis

Vous l’avez sûrement constaté, « cuisiner à la plancha » a de plus en plus d’adeptes en France ! Ce mode de cuisson est venu tout simplement révolutionner le monde des grillades.

Avec une plancha la cuisine, c’est rapide, convivial (autant que les grillades sur barbecue), cela nécessite peu de matières grasses … et surtout ne produit quasiment pas de fumée! Comment ne pas nous séduire?

Le principe de ce mode de cuisson est de saisir les aliments à feu très vif (de l’ordre de 300 °C), de façon à former une croûte qui va emprisonner les sucs et préserver ainsi toutes les saveurs et qualités nutritionnelles.

Comme me l’a expliqué François Mendes, fondateur à Narosse dans les Landes de l’entreprise TSMP (Tonio Serrurerie Métallerie Plancha), cette manière de cuisiner nous est venue d’Espagne, où elle a été créée au 19ème siècle. Les pèlerins de Saint Jacques de Compostelle pouvaient ainsi cuire en même temps différentes nourritures sur d’énormes plaques de tôle – planchas en espagnol- posées sur la braise. Il a fallu cependant attendre la fin des années 1990 pour voir l’utilisation des planchas se développer en France, et en premier lieu dans le Sud Ouest.

Cette extension de l’autre côté des Pyrénées a particulièrement souri à la société TSMP puisque la PME créée en 1999 emploie actuellement 25 salariés et est devenue le numéro 1 français des planchas tout inox avec plus de 30 modèles, 1000 points de vente et un chiffre d’affaires de l’ordre de 4 millions d’euros. Chez Tonio, on a fait le choix de l’inox par rapport à des matériaux comme l’aluminium, la fonte et d’autres aciers, pour ses propriétés mécaniques, sa précision de cuisson et l’absence de risque de corrosion.

Mais le succès rencontré par les planchas Tonio tant auprès du grand public que de chefs renommés comme Christian Etchebest repose avant tout sur l’excellence du travail effectué par une équipe pointue d’ingénieurs et de techniciens et sur leur recherche constante d’innovations. Après la conception du futur modèle au moyen de logiciels informatiques au sein du bureau d’études, la fabrication en atelier se déroule en quatre phases : la découpe des pièces au laser – une vingtaine par plancha – leur pliage en fonction de la forme souhaitée, la soudure au gaz des différents éléments et enfin l’assemblage. Chaque étape est réalisée en utilisant les machines les plus innovantes.

TSMP propose ainsi chaque année plusieurs nouveautés, alimentées au gaz pour l’extérieur ou à l’électricité pour l’intérieur. Eh Oui, je vous l’avais bien annoncé ! Grâce aux planchas Tonio 100% Made in Landes, on peut allier cuisine saine, diététique et Art de vivre en toutes saisons.

Aquitaine Artisans d'art Décoration

Chez Thierry Devrelle à Cognac, les coffrets deviennent des œuvres d’art!

Tous les ans, c’est le même casse-tête. Que vais-je offrir à maman pour la fête des mères ? Et à papa trois semaines plus tard ? Pour cette année, j’ai fait le choix de coffrets, l’un à bijoux, l’autre à cigares. Bon, c’est vrai, rien d’original en matière d’image des parents, cigares pour papa et bijoux pour maman, mais j’assume !

L’idée m’est venue en découvrant à Cognac les superbes coffrets en marqueterie que réalise Thierry Drevelle. J’ai été époustouflée par la qualité de son travail, alliant des savoir-faire rares de cintrage, de placage et de vernissage avec des techniques d’avant-garde. Un travail basé sur une double exigence : le respect des matières nobles, des essences rares venant des cinq continents, et la pertinence des lignes et des usages futurs de l’objet.

Ses coffrets deviennent ainsi de véritables œuvres d’art, tels le Douro, réalisé tout en courbes comme le fleuve du Portugal, le Fang en référence à une ethnie du Gabon, avec sa forme de défense en bois wengé, et un « petit nouveau », entièrement en résine avec un placage en ébène blanc du Laos.

Dans l’atelier familial, installé dans un ancien chai depuis 1949, chaque création ou restauration de coffret ou de meuble de présentation pour vins et spiritueux raconte l’histoire d’une rencontre avec un client passionné et se mesure en émotions. Ainsi la rénovation d’un coffre gothique du 15ème pour le Patrimoine National et la réalisation d’une « cave » à cigares pour un champion automobile. Une clientèle prestigieuse de particuliers, d’institutions et de grandes marques comme Hennessy, Dom Perignon ou Lanvin, et surtout le grand honneur pour Thierry Drevelle de figurer parmi les 300 artisans du monde entier et de toutes spécialités conviés au salon Révélations des Métiers d’Art et de la Création, qui s’est tenu au Grand Palais à Paris en septembre 2013.

Je n’ai évidemment pas commandé mes coffrets aux Ateliers Drevelle, ne faisant toujours pas partie du Patrimoine National, ni du gotha de l’automobile ou du luxe. Mais je vous l’affirme, haut et fort : « A Cognac, au cœur du vignoble charentais, l’excellence à la française ne se limite pas à la célèbre eau-de-vie».

 

Aquitaine Le goût à la française

Gourmandises 100% basques

Quel bonheur de sillonner la France et d’en rapporter les plus belles spécialités! Aucun pays dans le monde ne possède une telle diversité de produits régionaux sur un territoire de taille équivalente. Et parmi tous ces produits, il en est un que j’aime particulièrement, tant il correspond à mon style de vie nomade : le gâteau de voyage. Sous ce nom, on désigne une pâtisserie qui s’emballe, se transporte et se conserve facilement sans réfrigérateur. Elle doit pouvoir résister à toutes les contraintes des trajets : voyager loin et longtemps, être trimballée, remuée et supporter les écarts de température.

En 120 ans d’existence, la Maison Pariès, fleuron de la gastronomie basque située à Urrugne dans les Pyrénées Atlantique, a su combiner l’art du gâteau et la confiserie de voyage. Il faut dire que, pour donner l’envie de transporter dès la fin du 19 ème des friandises depuis Bayonne ou Saint-Jean-de-Luz, il en fallait d’aussi résistantes que savoureuses.
Voilà comment sont nés, année après année, leurs Gâteaux Basques fondants à la cerise ou à la crème, leurs Mouchous, des macarons moelleux aux amandes accolés deux à deux, et leurs formidables Kanougas, des caramels onctueux à la vanille, au chocolat, à la noisette, au café… et qui ne collent pas aux dents… ou si peu!

Cette année, deux nouvelles spécialités ont vu le jour, preuve que chez Pariès on ne s’endort pas sur ses lauriers : « Kaxu », le Kanouga au beurre salé et piment d’Espellette, et le succulent Gâteau Basque Noisette pour lequel la Maison Pariès s’est lancée dans la replantation de noisetiers au Pays Basque. Ceci afin de favoriser les circuits courts et de surveiller étroitement la qualité de leurs matières premières.

Merci à la 5ème génération de cette dynastie de chocolatiers, de continuer à ravir nos papilles avec de petites douceurs 100% basques… et de penser aux futures générations de noisettes françaises!

Aquitaine Art de la table Décoration

Artiga, la toile basque aux couleurs chatoyantes

Dès qu’il y a un rayon de soleil, j’envie toujours ceux qui ont un jardin, une terrasse ou un balcon. Bref, je jalouse (un peu) ces chanceux qui vont pouvoir déguster un bon petit-déjeuner à « l’ami Ricoré » sur une nappe aux couleurs chatoyantes, tout en faisant le plein de vitamines D ! Mais comme je ne suis absolument pas rancunière, j’ai un plan pour ceux qui aiment les  belles et robustes toiles aux teintes acidulées. Lire la suite